Home / L'INTERVIEW / JO 2020: Henri Manga analyse la prestation des lionnes face à la Côte d’Ivoire

JO 2020: Henri Manga analyse la prestation des lionnes face à la Côte d’Ivoire

Les lionnes indomptables du Cameroun ont obtenu hier mardi 12 novembre 2019 leur ticket de qualification pour le 5e et dernier tour des eliminatoires du tournoi de football féminin des jeux olympiques de Tokyo 2020. C’était à l’issu du match retour du quatrième et avant dernier tour au stade omnisport Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Les pouliches d’Alain Djeumfa se sont imposées sur leur homologue de la côte d’Ivoire sur le score de 2 buts à 1. Dans un entretien téléphonique accordé à notre confrère de Radio Equinoxe, le technicien de football Henri Manga a fait la lecture du jeu produit hier par les lionnes indomptables. Interview.

Sylvestre Hypolite: Henri Manga Bonjour.

Henri Manga: Bonjour Sylvestre Z., bonjour à tous les auditeurs de radio Equinoxe.

S. Hypolite: Les lionnes se sont qualifiées pour le 5e et dernier tour des éliminatoires des jeux olympiques de Tokyo 2020. Mais on a constaté que c’était dans la douleur hein Henri Manga

Henri Manga: Effectivement un accouchement très difficile. En première période il y a eu une légère domination des camerounaises avec un but inscrit un peu contre le cours du jeu.

Parce que les ivoirriennes sont venues pour réaliser un véritable hold-up au stade omnisport Ahmadou Ahidjo hier. Et se sont constituées rapidement un couloir préférentiel sur le frant gauche de la défense camerounaise qui était tenue par Bengono, complètement débordée par les envolés des pouliches de Clémentine Touré. Et vous avez vu qu’à la pause apparemment le discours d’Alain Djeumfa n’a pas été très porteur. Résultats les lionnes ont encaissé un but n’est-ce pas immédiatement après le début de la seconde période sur un connerre avec une sortie un catastrophique de la gardienne camerounaise. Donc le match est devenu de plus en plus difficile. On n’a vu une équipe des lionnes complètement coupée en deux. Un quadrillage de terrain qui n’était pas très bien assuré. Le milieu de terrain complètement assis sur la défense centrale. Ça fait que cela été difficile. Des joueuses comme Feudjio Raïssa qui s’exprime souvent dans un abattage complet se sont retrouvées complètement inhibées parce-qu’elle était chaque fois encerclée par deux ou trois ivoiriennes.

C’est vrai que l’arbitre centrale sud-africaine a failli donné des AVC au public en refusant d’abord un but d’Adjara où le hors jeu n’était pas évident. En refusant également quelque chose. Parce-que sur l’action d’Aboudi Onguene il pouvait avoir penalty et la justice euh…(rire) Peut-être la justice divine était au rendez-vous avec ce penalty qui a complètement délivré le public camerounais.

S. Hypolite: Henri Manga vous avez évoqué justement le cas de Gabrielle Aboudi Onguene. Depuis la dernière coupe du monde beaucoup la trouve un peu trop individualiste. C’était encore pour certains le cas hier.

Henri Manga: Oui vous savez que dans le trio offensif Takounda, Aboudi, Adjara ce sont des joueuses qui sont assez interchangeables sur le front de l’attaque. Dont il n’y a pas de fixation préalable. Je veux dire que ce sont des filles qui fixent de manière circonstancielle sur le front de l’attaque. Ça fait qu’elles sont toujours en mouvement. C’est vrai également que ces jeunes dames jouent avec leur émotion, leur émotivité. Il y a un peu dégotisme et parfois d’égoïsme, d’individualisme lorsqu’elles ont le ballon au pied. C’est un peu consubstantiel à toutes ces grandes attaquantes et surtout il y’avait la pression. Il fallait nécessairement que les lionnes rassurent le public en inscrivant un but. Mais je pense que c’est une qualité qu’il va falloir corriger. C’est pour cette raison d’ailleurs que nous avons proposé qu’il faut qu’il ait un préparateur psychologique dans cette équipe en attendant de rencontrer la zambie. Parce-que plusieurs joueuses n’ont pas le niveau international dans l’équipe d’Alain Djeumfa. Éclair de Sa’a ainsi de suite… Donc ce sont des joueuses qu’il faut encore travailler mentalement pour qu’elles soient à la hauteur d’une compétition comme les jeux olympiques. Parce-que figurez-vous lors du dernier tournois amical Cosafa, la Zambie avait battu le Cameroun d’entrée de jeu par 1 but à 0 mais les lionnes se sont rattrapées en demi-finale en renversant la Zambie sur le score de 2 buts à 1. Et ses zambiennes même on n’avait eu des doutes sur leur féminité. Donc se sont les filles très physiques. Il va falloir vraiment bien se préparer parce-que l’équipe actuelle d’Alain Djeumfa a beaucoup d’automatisme sur lesquels il faudrait encore insister.

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

About lavoixduperroquet

www.lavoixduperroquet.com est un site web d'information qui vous relate l'actualité sportive au quotidien. TEL: (+237) 679219420 / 698600556

Check Also

Décision du TAS: La Fecafoot prend acte

A travers un communiqué signé par son département de la communication, la Fecafoot prend acte …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *