Home / ACTUALITE / Arrestation d’Ernest Obama: Xavier Messe dénonce la violation des droits de l’homme

Arrestation d’Ernest Obama: Xavier Messe dénonce la violation des droits de l’homme

Dans un post publié sur son compte facebook, l’ancien directeur de rédaction du journal l’Anecdote critique la procédure d’incaceration d’Ernest Obama Nana ex directeur général de vision 4.

Cameroun, une jungle.
Ernest Obama, directeur des rédactions au groupe Anecdote a été interpellé jeudi par des éléments de la gendarmerie. Il était à son lieu de service au quartier Nsam à Yaoundé. Cela s’est passé devant ses collaborateurs, de la manière la plus humiliante, si on en croit les images que la chaîne de télévision Vision4 a projetées de la circonstance.
Les caméras de cette chaîne ont continué de filmer Ernest Obama totalement désemparé, jusque dans les locaux de la gendarmerie où il a été conduit.
A l’époque de Dillinger et d’Al Capone au début des années 30 aux États-Unis, même quand on prenait un de ces flingueurs en flagrant délit, on préservait sa dignité humaine. On lui réservait un minimum de présomption d’innocence, jusqu’à ce que la justice américaine établisse sa culpabilité et que des sanctions conséquentes lui soient appliquées.
Le Cameroun a hérité de la brutalité et de la répression à lui léguées par les tortionnaires coloniaux. Les politiques et l’administration de ce pays ont institutionnalisé ces méthodes barbares en système fonctionnement de l’Etat, faisant fi des droits de l’Homme et de la modernité démocratique. On peut arrêter n’importe qui, le jeter dans une sordide cellule, ou dans une prison semée d’immondices, sans que le commanditaire d’une telle arrestation ait des comptes à rendre. Ce commanditaire vous sortira quand il voudra, tout comme il vous y laissera mourir sans gêne. Nous parlons du cas Obama parce que celui-ci a un nom connu. De centaines de personnes vivent ces horreurs au quotidien dans ce pays.
Si Ernest Obama fait l’objet d’une plainte, qu’il soit régulièrement convoqué et entendu. Qu’il ait la possibilité de se défendre. S’il est reconnu coupable, qu’il purge régulièrement sa peine. Le théâtre qu’on fait souvent jouer la police, la gendarmerie et la justice, fait du Cameroun un État sans loi et sans éthique. Une jungle où l’arbitraire est érigée en mode de vie, la loi et la morale piétinées sous le regard indifférent de ceux qui ont la charge de veiller et de protéger ces vertus qui réglementent notre vie en communauté nationale.

About Rodrigue DJENGOUE

Check Also

Mercato: Aschou Kerrido dépose ses valises à PWD de Bamenda

La nouvelle de la signature du contrat de recrutement du jeune gardien de but Aschou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *