mercredi, septembre 28, 2022
spot_img
HomeA LA UNECDC2022: Emmanuel Ndoumbe Bosso exprime son optimisme pour la finale

CDC2022: Emmanuel Ndoumbe Bosso exprime son optimisme pour la finale

Les poulains d’Emmanuel Ndoumbe Bosso se sont imposés dimanche dernier (2-0) face à Avion de Douala au stade de la réunification de Bependa match comptant pour la demi-finale de la coupe du Cameroun. Au terme de la rencontre, Emmanuel Ndoumbe Bosso le coach de Bamboutos de Mbouda a dressé le bilan du parcours de son club dans cette compétition et dans la foulée il s’est projeté sur la préparation de la finale contre Coton sport de Garoua. Interview.

Emmanuel Ndoumbe Bosso.

La difficulté a commencé aux 16e de finale. Lorsque nous avons réussi le pari d’étaler notre adversaire qui était l’équipe de Melong et ensuite il fallait maintenant affronter la grande Colombe. Après la Colombe qui a été un autre choc inédit il fallait racontrer les Gazelles qui nous ont vraiment fait courir. C’est des vrais Gazelles. Ils sont vraiment à féliciter. Pour une jeune équipe, il faut dire que cette équipe nous a vraiment amener à réfléchir. Menés (2-0) un autre match pour remonter la pente il fallait vraiment le faire. Alors c’est au sortir de là que nous nous sommes dits c’est faisable les gars. On ne peut pas avoir souffert autant et que nous ne pensons pas arriver à la finale. Nous pensons que c’est ça qui nous reste à faire. Cette équipe nous allons simplement jouer à leur rythme et faire la différence par rapport à l’enthousiasme, l’engouement, la volonté et surtout l’abnégation dans le travail. C’est qui a été et nous avons eu la possibilité de se qualifier pour cette finale.

Alors coach on sait que près de onze joueurs sont partis au cours de la saison. Vous aviez eu un effectif pratiquement bancal. Il fallait donc tout faire pour continuer l’aventure. Est-ce que c’est aussi parce que dans le groupe vous avez quand même des joueurs super expérimentés tels que Moukam, Harry Ako qui connaissent la finale de la coupe du Cameroun que vous avez réussi cet exploit ? Est-ce que quelque part aussi ce n’est pas ça qui a aidé cette équipe de Bamboutos d’arriver à ce niveau ?

Emmanuel Ndoumbe Bosso : il faut le reconnaître. Il faut vraiment le dire.  Parce que je voudrais vous dire l’expérience de ces jeunes gens a compté pour beaucoup. A l’intérieur il y a eu des jeunes loups aux dents très longues pour lesquelles j’ai été obligé de les amener à suivre n’est-ce pas les pas de ceux qui avaient de la grande expérience. L’équipe était bâti sur quelques hommes et ceux là n’ont pas n’est-ce pas lésiné sur les moyens de tirer leurs petits frères qui étaient très volontaires. Alors nous disons que le mérite reviens à tous. Ils sont vingt aujourd’hui. Je vous assure que c’est vingt gladiateurs, c’est vingt guerriers, c’est  jeunes gens qui en veulent et qui ont dit qu’ils vont écrire leur nom dans l’histoire du football au Cameroun cette année.

Alors coach on sait qu’en finale vous avez Coton sport de Garoua. C’est une équipe que vous connaissez parfaitement. Puisque vous êtes passé dans cette formation. Pour vous c’est un atout ?

Emmanuel Ndoumbe Bosso: C’est un atout. Être passé oui. Mais les avoir rencontré deux fois  en championnat. C’est la même équipe, c’est le même entraîneur. Et nous nous connaissons très bien. Je dis encore que on n’aurait pu nous retrouver à Garoua. Mais on n’a pas ce regret. Mais seulement je vous ai dit ça été beaucoup de difficultés, beaucoup de douleur. Vous allez écouter ces jeunes gens m’appeler Cisif parce que c’est le géant de la mythologie grecque qui devait pousser sa pierre, qui arrive au sommet d’une montagne et alors elle redegringolait et il recommençait. Et je leur disais au début c’était très compliqué. Mais alors aujourd’hui c’est pour lui un plaisir au point où si la pierre ne redegringole lui-même va la pousser pour recommencer. C’est dans cette exprit que nous avons travaillé. Et je leur dit vous avez réussi le paris décisif maintenons le lors de la finale.

Alors une finale effectivement face à cette équipe de Coton sport de Garoua. Et surtout vous voulez écrire l’histoire de Bamboutos Football club de Mbouda puisque jusqu’à présent c’est une équipe qui n’a jamais remporté cette finale. La première finale c’était en 2016 face à Apejes. Mais aujourd’hui vous voulez renverser la vapeur. Quelle est la stratégie qui vous pense en tête pour aller donner du plaisir à tout ce peuple, toute cette équipe qu’on n’appelle le fils unique?

Emmanuel Ndoumbe Bosso : Nous pensons que nous allons seulement réaliser ce que nous avons commencé en bien. Et je dis encore qu’en matière de stratégie nous nous connaissons. Si vous demandez à Coton quelle est l’équipe qui l’aura fait voir de toutes les couleurs pendant le championnat ils vont vous dire qu’il y a eu une seule équipe. Dans les deux matchs qui nous a opposé en aller et retour c’était Bamboutos de Mbouda. Nous avons fait des matchs d’anthologie. C’est pour cela quand ils vont entendre que c’est Bamboutos qui les rencontre, ils savent à quoi s’en tenir. Seulement parce que je connais l’effectif de Coton sport. Ceux qui sont aujourd’hui les ténors de cette équipe étaient mes juniors d’hier. Donc je sais exactement où il faut toucher pour qu’il pleure. Sur le plan stratégique nous sommes sûrs de leur opposer la meilleure des résistances possible. Il va nous manquer une seule chose le concret. Les buts. Parce que c’est souvent ça mon péché mignon.

Alors la grosse nébuleuse maintenant c’est cette date de la finale. Parce que nous connaissons un peu comment ça se passe au Cameroun. Est-ce que ça ne peut pas casser la dynamique ?

Emmanuel Ndoumbe Bosso : Ça ne saurait. Je crois que si à des moments les plus compliqués et les plus difficiles j’ai réussi à maintenir ces jeunes gens. Ce n’est pas maintenant quand au fond du cœur chacun sait qu’il y a un évènement grandiose, grandeur nature… Quand je vais dire à gauche tout le monde ira à gauche. Je dis à droite tout le monde ira à droite. Simplement parce que nous l’avons fait et nous sommes arrivés à ce résultat.

Alors maintenant c’est un petit break après cette qualification en attendant ?

Emmanuel Ndoumbe Bosso: Bien sûr. Il le faut bien parce qu’on ne saurait prendre directement la préparation de la coupe du Cameroun (finale de la coupe Ndlr) si on ne sait même quand elle va se tenir. Mais on va maintenir en éveil.

Emmanuel Ndoumbe Bosso merci.

Emmanuel Ndoumbe Bosso : Merci.

Propos recueillis par Rodrigue Djengoue.

Facebook Comments Box
Rodrigue Djengoue
Rodrigue DJENGOUE est un membre de l'association des blogueurs du Cameroun et par ailleurs journaliste sportif sur www.lavoixduperroquet.com
RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Most Popular

Recent Comments