samedi , mars 6 2021
Home / ACTUALITE / Crise à la Fecafoot : Joseph Pierre Batamack “Ni Seidou Mbombo Njoya, ni son secrétaire général n’ont pas qualité pour convoquer les clubs à l’assemblée”

Crise à la Fecafoot : Joseph Pierre Batamack “Ni Seidou Mbombo Njoya, ni son secrétaire général n’ont pas qualité pour convoquer les clubs à l’assemblée”

Pierre Batamack.

Le président d’Avion FC du Nkam Joseph Pierre Batamack n’a pas pris part à la réunion qui s’est tenue hier mardi à Tsinga à Yaoundé entre les présidents des clubs et le président de la Fecafoot Seidou Mbombo Njoya. Joint au téléphone par notre confrère Sylvestre Hypolite, Joseph Pierre Batamack qui fait partie des présidents de club qui ne sont pas solidaires à la réunion qui s’est déroulée à la Fecafoot explique ses motivations. Interview.

Joseph Pierre Batamack bonjour.

Bonjour, bonjour Sylvestre. Bonjour à tout le monde. D’ailleurs bonne année. Je profite.

Un championnat à deux sous poule vous êtes prêt à y aller ?

Non, non. C’est une mascarade, c’est un machin qui a été fait, imposé à certains collègues du football professionnel. Non Parcequ’il y a deux sentences du TAS, la sentence du 14 septembre 2020 et l’ordonnance du 20 novembre 2020 ainsi que les exequaturs. Maintenant il y a aussi un autre problème dont vous ne voulez pas parlez Sylvestre. Depuis hier (mardi) le TAS a demandé à Seidou de lui expliquer comment il est là. Le TAS a demandé à la FIFA d’expliquer le point 235 qui avait donné le pouvoir à monsieur Seidou d’être à la fédération. Vous voyez donc nous on n’a vu clair de ne pas aller à cette réunion qui n’est pas une réunion. Déjà un vous avez vu au départ ce n’est pas une convocation. Mais c’est un communiqué de convocation. On n’aura tout vu dans cette fédération. Je dis c’est une honte, c’est une honte. Maintenant ils disent qu’ils sollicitent les stades qu’ils n’ont pas. Alors que les stades avaient été attribués à ligue professionnelle. Ils disent en plus qu’ils veulent l’argent de l’état alors que l’état a commencé à donner à la ligue professionnelle trois cents millions. Vous voyez que il y a quelques chose qui s’est passé. Il y a une mafia qui ne dit pas son nom, il y a un braquage qui ne dit pas son nom. Quand j’entends certains collègues dire que oui nous on va jouer, n’oubliez pas que ce sont ces messieurs là qui étaient à Mbankomo pour dissoudre la ligue alors qu’aujourd’hui les textes sur lesquels ils se basaient, les statuts de 2018 ont été annulés avec sa conséquence sur les statuts de 2019 de la ligue professionnelle. Hors mis ces statuts qui restent aujourd’hui, c’est les statuts de 2012 et de la Fecafoot et les statuts de 2014 de la ligue professionnelle. Quand ils disent qu’ils vont jouer, leur règlement sort d’où ? Quand ils disent qu’ils vont jouer, ils jouent sur qu’elle base? Est-ce qu’il y a eu une assemblée des clubs ? On dit concertation des clubs. Parce que le mot assemblée s’est posé. Puisque ni Seidou Mbombo Njoya, ni son secrétaire général n’ont pas qualité pour convoquer les clubs à l’assemblée. Or nous avons deux instances qui peuvent décider du démarrage d’un championnat. Soit le conseil d’administration dans le texte de 2014, soit son assemblée. Mais dites vous comment on peut dire, comment un président PDG peut dire je suis satisfait?

Propos décryptés par Rodrigue Djengoue.

About Rodrigue DJENGOUE

"La Voix du perroquet" est un site d'information généraliste. Nous parlons de sport - football, culture, politique mais aussi de société... Email: djengouerodrigue@gmail.com

Check Also

Cameroun-ELITE ONE: Voici le programme complet de la première journée

Facebook Twitter Pinterest LinkedIn WhatsApp Telegram La fédération camerounaise de football a rendu officiel la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *