samedi, décembre 4, 2021
spot_img
HomeAUTRES SPORTSHandball-Mondial (F)-Cameroun : le calvaire des vice-championnes d’Afrique

Handball-Mondial (F)-Cameroun : le calvaire des vice-championnes d’Afrique

A moins de trois semaines de la Coupe du monde de handball féminin en Espagne, l’équipe du Cameroun s’entraîne sous le soleil, sans équipements et sans moyens de récupération. Les Lionnes indomptables ne sont même pas sures de prendre part à la compétition.

«Ce n’est pas facile. On travaille sans ressource pour la récupération. C’est difficile de garder le moral haut.» Marie Tenang et ses coéquipières font tout pour ne pas craquer. Cela fait plusieurs semaines qu’elles préparent dans la débrouille le Mondial de handball féminin (3 au 19 décembre en Espagne). En plein air, sans équipements, parfois sans eau en quantité suffisante… Les joueuses de la sélection féminine du Cameroun ont transformé les allées du Campus de l’Université de Yaoundé I en lieu de stage. Ici, les séances d’entraînement se déroulent au milieu des voitures et étudiants qui vont et viennent.

les lionnes indomptables du handball

Privées de gymnase, les vice-championnes d’Afrique sont abandonnées à leur triste sort. Elles devaient se rendre au Brésil, depuis le 20 octobre dernier, pour un stage approfondi. Mais jusqu’à présent, aucun signe d’un voyage à l’horizon. Lasses d’attendre, elles ont appris à faire avec les moyens de bord. «Nous sommes fatigués de nous plaindre et voir que la situation ne change pas. Aujourd’hui, nous essayons de focaliser notre attention sur la compétition qui nous attend, c’est ça le plus important», argue le sélectionneur Serges Christian Guebogo.

L’Etat au banc des accusés

Sans gymnase pour renforcer les automatismes et bâtir des stratégies de jeu, le technicien camerounais est limité au stricte minimum. Pourtant, à la Coupe du monde, le Cameroun va affronter la Pologne, la Serbie et la Russie en phase de groupes. Trois grosses nations qui attendent une équipe camerounaise condamnée à ne miser que sur la détermination de ses joueuses. «Nous sommes des Camerounais, nous fonctionnons au mental. Quelles que soient les difficultés, en tant que Camerounais, nous avons les ressources pour garder la tête haute», avance l’entraîneur principal. Qui ajoute : «Toutes nos joueuses sont des passionnées de handball. Et lorsqu’on vit sa passion, on surpasse tous les manquements qui pourraient survenir.»

A la Fédération camerounaise de handball, tous les yeux sont rivés sur le ministère des Sports. La tutelle est accusée de ne pas accorder beaucoup d’attention aux handballeuses. L’on reproche notamment à la tutelle d’être plus préoccupé par les questions liées au football et à la CAN 2021, qu’aux autres fédérations sportives. «La preuve : le soir de la victoire des Lions du football sur la Côte d’Ivoire [1-0, le 16 novembre à Douala], le ministre a promis une prime de 5 millions de francs CFA à chaque joueur. Pendant que nos filles (les handballeuses, Ndlr) s’entraînent sous le soleil et la pluie», s’énerve un cadre de la Fédération de handball.

Plus 300 millions de francs attendus ?

«Ce n’est pas vrai, rétorque Samuel Zo’ona, employé au service de la communication du ministère camerounais des Sports. A notre niveau, toutes les dispositions ont été prises pour l’accompagnement de notre sélection nationale de handball féminin. Le dossier a été monté et transmis au ministère des Finances où les fonds doivent être décaissés. La suite ne relève pas du ministère des Sports.»

L’on apprend que le gouvernement devrait débloquer plus de 300 millions de francs CFA pour la participation de la sélection vice-championne d’Afrique à ce Mondial. En attendant, le calvaire se poursuit. «Les filles savent qu’elles n’ont pas la chance de jouer une Coupe du monde chaque jour. C’est la raison pour laquelle, nous essayons de ne pas nous apitoyer sur notre sort, assure le coach des Lionnes indomptables. Les filles sont déterminées à aller loin lors de ce tournoi et moralement, elles tiennent le coup.»

Toutefois, la sélection camerounaise de handball peut dire adieu au regroupement initialement prévue au Brésil. Il ne leur reste plus que le stage d’acclimatation de 15 jours prévu en Espagne. Et là encore, rien n’est sûr.

source: Kigoum WANDJI

Facebook Comments Box
Rodrigue Djengoue
Rodrigue DJENGOUE est un membre de l'association des blogueurs du Cameroun et par ailleurs journaliste sportif sur www.lavoixduperroquet.com
RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Most Popular

Recent Comments

gaelle on Success story